(EN) Partout au pays, on ne parle que de ce qui se passe dans le marché de l'habitation par suite de la fluctuation des taux d'intérêt et des changements apportés aux règles hypothécaires. Vous êtes un jeune adulte à la veille d'acheter votre première maison, un boomer qui souhaite déménager dans un logement plus petit ou ni l'un ni l'autre? Voyez les nouvelles tendances que révèlent les données du recensement de Statistique Canada.

Une nation axée sur la copropriété : La construction effrénée de copropriétés se poursuit étant donné que près de 1,9 million de ménages choisissent ce type de logement, moins grand et plus économique. Sans surprise, parmi les villes canadiennes, c'est à Vancouver qui a la plus forte proportion de ménages vivant en copropriété, suivie de Calgary et d'Abbotsford-Mission.

Des milléniaux moins pressés : Le pourcentage des jeunes adultes de 24 à 30 ans qui sont propriétaires d'un logement est moins élevé que les baby-boomers à l'époque où ils avaient le même âge. Cette différence peut s'expliquer, en partie, par le fait que le nombre de ces milléniaux qui habitent avec leurs parents est à la hausse. Toutefois, de nombreux autres facteurs sont aussi à prendre en considération, comme le coût des logements.

Des aînés bien chez eux : Les personnes de 65 ans et plus sont plus susceptibles d'être propriétaires de leur logement en 2016 qu'il y a dix ans, ce qui laisse supposer qu'ils préfèrent rester dans le logement où ils vivent plutôt que d'emménager dans une maison de retraite ou dans un appartement locatif plus petit.

Des prix changeants selon les endroits : La valeur des propriétés varie énormément selon les villes. Au Canada, la valeur moyenne d'un logement occupé par le propriétaire était en 2016 de 443 058 $. Elle était de 1 005 920 $ à Vancouver, comparativement à 734 924 $ à Toronto et à 366 974 $ à Montréal.

Des taux de propriété à surveiller : Globalement, le taux de ménages canadiens qui sont propriétaires de leur logement est demeuré relativement stable depuis 2006, 67,8 % des ménages ayant déclaré être propriétaires en 2016. Toutefois, si l'on répartit les taux par province, le tableau est légèrement différent : le taux de propriété a diminué dans les provinces de l'Atlantique, en Ontario, en Colombie-Britannique et au Nunavut tandis qu'il a augmenté au Québec et dans les Territoires du Nord-Ouest.

Pour obtenir davantage de renseignements, consultez le site www.statcan.gc.ca/recensement.

74557d8f-ee5e-4924-9ea6-374227943f8c_fi